Lettre ouverte à mes compatriotes du Secteur Démocratique et Populaire (SDP) sur ce qui devrait être le rôle d’une opposition dans un régime parlementaire.
 

Cher (es) compatriotes du SDP!
 
Je profite de la présente pour saluer la volonté manifeste qui anime votre subconscient en qualité de camarades de lutte pendant toutes ces années de combat mené ensemble sur le terrain politique miné par la violence généralisée en vue d’ôter les compatriotes, ne sachant à quel saint se vouer ou s’adresser, du climat chaotique et ingouvernable, d’un minimum vital nécessaire. Ces derniers croupissant dans la crasse, expérimentant les tumultes de l’ignorance et de la misère, demandent uniquement un mieux-être de la part des dirigeants irresponsables.
 
Cependant, je regrette le fait que le SDP promettant d’accompagner les principales revendications du peuple haïtien se niche, s’acoquine avec les membres du gouvernement de facto du Dr Ariel Henry sous prétexte d’un accord pour le moins visant à  circoncire la polémique sur la scène politique. Ceci me paraît non seulement bizarre mais également incohérent pour la simple raison que vous avez tout  trahi :” la lutte pour le développement collectif qui s’annonce encore plus difficile”. Car le pays semble s’enliser dans une crise multiforme dont on ne voit ni les tenants ni les aboutissants sous les yeux maléfiques de ceux-là même qui ont promis la vie digne au peuple.
 
Interrogation de fond :
 
 Est-il possible de qualifier d’utile l’opposition initiée se soldant dans la barbarie la  plus totale? Car le rôle d’une opposition dite démocratique, sans intérêts souterrains, est de s’aligner à côté du peuple. Bien qu’en démocratie il ne soit pas indispensable d’avoir unité, consensus ou unanimité lors des périodes de troubles, vacances institutionnelles. Pourvu que les prescrits de  la constitution soient respectés. Or, tel n’est pas le cas.
 
Pour la vérité et contre l’oubli, en démocratie, l’opposition critique, contrôle et propose. En contrôlant les actions du pouvoir exécutif, elle défend et promeut ses droits, empêche les membres de l’Exécutif de s’installer dans l’arbitraire. L’un des moyens privilégiés de son action de contrôle est la critique des actions et des réalisations gouvernementales. Étant donné qu’elle aspire au pouvoir, elle doit élaborer et diffuser ses propositions dans chacun des domaines de la vie nationale.
 
Pire encore, la forme du gouvernement en place ne correspond à aucune règle politique sinon une entente souterraine pour détruire l’ordre public et démocratique. À la lumière de ces réflexions, les actions ou stratégies du SDP entrent-elles dans cette orientation? Selon toute vraisemblance, je suis plutôt optimiste.
 
 Qui pis est, la passivité du SDP se dessinant à l’horizon et sa complicité exposée au grand dam de tout le monde me laissent assez dubitatif quant à une réelle sortie de crise et la concrétisation du procès des massacres de Bel-Air, la Saline, Carrefour-Feuilles et PetroCaribe…) au même titre que tous les autres infractions, crimes politiques et/ ou de droit commun restés impunis.
 
Il s’agit des principaux motifs pour lesquels la population était appelée à braver tous les dangers ou réactions des gouvernements consécutifs  tant retrogrades que conservateurs. Ayant coûté  la vie à des milliers de concitoyens innocents pendant que d’autres ont fait l’objet d’arrestation illégale, jetés en prison, entassés comme du bétail jusqu’à présent.
 
Cher (es) compatriotes du SDP!
 
Je peux témoigner de tout ceci en étant un exemple vivant ou flagrant, après avoir passé plusieurs mois à croupir dans les geôles du Pénitencier National y compris une panoplie de militants (es). Sans oublier les diverses tentatives d’assassinat sur ma personne lors des mouvements de reprobation nationale depuis l’élection de Michel Martelly, en passant par le parachutage de Jocelerme Privert à la tête du pouvoir jusqu’à la dictature de Jovenel Moïse première version terminée selon les renégats et rétrogrades, le 7 février 2022.
 
Je suis profondément outré en devenant de plus en plus alarmiste de constater que des anciens collègues de combat en qui je croyais ne pipent un petit mot contre le phénomène de l’insécurité généralisée assorti du kidnapping éprouvant, la prolifération des groupes de gang, la difficulté de traverser la route Nationale No 2 à partir de Martissan bloquant ainsi l’accès aux quatre (4) départements du Grand Sud du pays.
 
Comment ne pas m’interroger sur le sens, fondement et la finalité du combat du SDP contre certains dirigeants oppresseurs consécutifs du peuple haïtien! Quelle supercherie!
 
Est-ce pour le boire, manger, paraître ou recolter l’appât du gain ou du gâteau, (jobs, émoluments )? À vous autres donc d’en juger!
 
Tâchez de savoir qu’en politique l’opposition désigne ou se définit comme étant l’ensemble des mouvements et partis qui s’opposent aux forces politiques détenant et s’associant au pouvoir exécutif. Dans un Régime de démocratie representative (avec un parlement élu par les citoyens), l’opposition est l’ensemble des partis qui n’appartiennent pas au parti du pouvoir exécutif ou à toute coalition émergeant de ce dernier.
 
C’est pourquoi je tire la sonnette d’alarme en vous exhortant à revoir vos réflexions de contre-pouvoir ou d’opposants avant-gardistes, ce, pour le bien-être de tous. En accordant une attention plus accrue sur l’extrême précarité alimentaire et financière que confrontent nos frères et soeurs déshérités, méprisés, pataugeant dans une paupérisation inimaginable, inacceptable. Faute de maîtrise des grandes théories de politiques publiques. Vous pourrez tirer la conclusion par vous même relative à l’avènement et la compétence des membres de l’actuelle équipe gouvernementale au timon des affaires de l’Etat haïtien.
 
Il urge de sortir dans votre tour d’ivoire en cessant de tourner en rond comme des écureuils qui tournent autour de leurs cages à l’aune des journées blanches et épouvantables.
  
En rappelant, j’ai l’honneur de présider le Conseil Administratif du parti National Seksyon m se Priyorite m (PNSP) et promouvoir ses valeurs, sa vision et philosophie.. Un Parti travailliste, humaniste qui milite pour le Capitalisme public où l’État priorise la production collective, la transformation sociale, l’autosuffisance, et l’ordre technocratique pragmatique.
 
De plus, le PNSP souhaite également restaurer la grandeur morale du peuple  par le “ Dessalinisme rénovateur et la socialisation politico-économique. Il s’active assidûment pour déghetoïser le pays par une véritable politique publique de sécurité notamment la rurbanisation, en prenant ses distances avec toute initiative politique obscurantiste et violatrice de la constitution qui occulte les droits fondamentaux des citoyens.
 
Enfin, je dois vous avouer que le combat continue sans faille. Quant je sais qu’un peuple ne peut totalement disparaître, il y aura toujours un faible reste ou de l’espoir avec une population dont plus de la moitié étant jeune.
 
Salutations patriotiques
Frantzo Rejouis, Président du PNSP.

Téléphone: 509 3405-3983

Add Your Comment